Chez nous, la conciliation travail-études, c’est oui! - Polka Arsenal

Chez nous, la conciliation travail-études, c’est oui!

2022

On est d’accord pour dire que les études, c’est important. On est aussi d’accord pour dire qu’acquérir de l’expérience sur le marché du travail l’est tout autant. C’est pourquoi la conciliation travail-études est valorisée chez Polka/Arsenal. Bien que certains postes demandent davantage d’années d’expérience dans le domaine, ce ne sont pas tous les postes qui requièrent « un minimum de 5 ans d’expérience ». Nous considérons qu’il est primordial de permettre à un. e étudiant. e qui souhaite œuvrer dans notre domaine de travailler chez nous pendant ses études et de contribuer à son cheminement.

Faire confiance

Pour nous, offrir la possibilité aux jeunes qui sont encore au cégep ou à l’université de poursuivre leurs études tout en mettant la main à la pâte, est une manière efficace et innovante de partager notre savoir-faire, rester à l’affût des tendances et de s’ouvrir aux nouvelles générations.

Pour ces jeunes, c’est beaucoup plus qu’un stage puisqu’on leur permet d’acquérir de l’expérience comme salarié.e.s avant même qu’ils aient leur diplôme en main, et ce, grâce à un horaire flexible et adapté selon les sessions d’études, peu importe où ils se trouvent au Québec. Il ne faut pas non plus oublier qu’au final, une fois leur diplôme en main, ils sont assurés d’un emploi. Pas besoin de recommencer à zéro, d’effectuer des recherches et d’avoir à se prouver devant des gens d’affaires qu’on ne connaît pas! Ils ont déjà un employeur qui leur fait confiance, des collègues qu’ils côtoient et une connaissance des mandats en cours. Difficile de demander mieux!

Dans le contexte actuel, beaucoup d’emplois étudiants sont disponibles pour ces jeunes qui sont prêt.e.s à travailler, oui pour gagner de l’argent, mais surtout pour apprendre et maximiser leurs forces.

Au-delà de simplement dire qu’on est ouvert à engager des étudiant.e.s, on le fait! Au départ, c’était surtout avec des stagiaires qui passaient chez nous et à qui on proposait un emploi à la suite de leur stage. Tout récemment, on a emboîté le pas après avoir reçu le CV d’une jeune étudiante qui souhaitait travailler dans son domaine. C’est à ce moment qu’on a décidé de l’accueillir dans notre équipe et d’ainsi mettre en valeur ses différentes compétences!

Notre étudiante au grand potentiel

  • « Dès le cégep, j’étais impliquée dans tout ce qui touchait de près ou de loin ma future carrière. J’étais littéralement partout : dans les comités, les compétitions académiques, les conférences, les formations, les soirées de réseautage… Rien qu’à l’âge de 18 ans, j’avais déjà le sentiment qu’il me fallait un CV bien rempli pour me démarquer des autres. Malgré tous mes efforts, j’ai vite compris que cela ne suffirait pas à me tailler une place sur le marché du travail, car ce n’était pas de l’expérience de travail tangible que j’avais, comme le souhaitaient les agences de ma région. Je n’ai jamais vraiment arrêté de m’impliquer même à l’université, mais j’avais abandonné l’idée de travailler en agence tout en étudiant.»

Lauriann est étudiante en dernière année au baccalauréat en communication sociale, profil médias numériques, de l’Université du Québec à Trois-Rivières. Le 1er juin dernier, elle a été engagée comme coordonnatrice marketing numérique et rayonne rapidement par son énergie, ses idées et sa facilité à communiquer avec l’équipe. On sent qu’elle prend de plus en plus d’assurance dans les différents mandats qui lui sont confiés. Ce qu’on aime avec Lauriann, c’est qu’on peut la questionner sur différents sujets peu importe le domaine et elle a toujours beaucoup à nous dire. Elle nous parle sans gêne de son cheminement scolaire, de ses aspirations et de tout ce qu’il lui plaît! Pour nous, elle est bien plus qu’une étudiante universitaire et a beaucoup à nous apporter!

  • «Après avoir terminé mes deux premières années de baccalauréat, je me suis vraiment fatiguée des emplois typiquement “ étudiants “. Alors que j’étais prête à entamer ma carrière professionnelle dans le milieu des communications, ma réalité était toujours la même : je n’avais ni terminé mes études, ni d’expériences concrètes à offrir. Cela dit, j’ai décidé de voir cette situation comme la chance de trouver la place qui répondrait à mon désir de faire mes débuts dans le milieu professionnel. Plusieurs m’ont dit que je devais “ retomber de mon petit nuage. “ Dans un sens, je les comprenais, les gens, de me trouver un peu “ folle “ d’envoyer ma candidature à des agences de communication qui reçoivent probablement des tonnes de curriculum vitae de personnes avec des tonnes d’années d’expérience. Qui voudrait bien de la jeune de 23 ans encore aux études? Durant mon parcours, on m’a souvent dit “ reviens nous voir quand tu auras ton bac! “, comme si c’était ce qui définissait ma capacité à travailler en communication.»

Sa vision

C’est à ce moment-là que j’ai atterri chez Polka/Arsenal, sans tout le stress qui vient avec le peu d’expériences que j’avais. Enfin, une place avait accepté de m’accueillir, et ce, à bras ouvert. Au départ, j’étais grandement surprise par leur ouverture face à ma situation, qui, pour eux, n’en était pas vraiment une en réalité. En fait, que je sois encore à l’école n’était en aucun cas un frein pour eux, au contraire, ils me trouvaient audacieuse d’avoir tout de même envoyé ma candidature. D’ailleurs, je crois que c’est une des premières choses qu’ils ont appréciées chez moi (outre mon sens de l’humour, bien évidemment!).

Trois mois plus tard

Pendant ces trois premiers mois à l’agence, j’ai grandement appris grâce à mes collègues. Évidemment, le changement et la nouveauté, c’est toujours stressant. Mais depuis le jour un, je peux dire que mon stress s’est rapidement dissipé, car on a su bien m’accueillir et m’encadrer. Bien que je travaille dans un département bien précis, je me suis assise avec toutes les personnes responsables d’un département pour comprendre réellement ce qui se tramait de leur côté. D’ailleurs, mes mille et une questions étaient prêtes à être répondues à tout moment, sans jugement. Encore aujourd’hui, je déborde de questions, car on apprend vraiment tous les jours dans ce domaine et c’est ça le plus beau!

Après avoir passé tout l’été chez Polka/Arsenal, je retourne dans mon coin afin de terminer ma dernière session de cours (yeah!). Avec la flexibilité qu’offre l’agence, je pars prête à retourner dans mes livres d’école, mais aussi à travailler de la maison. C’est merveilleux, la possibilité de pouvoir travailler de chez moi, avec un nombre d’heures idéal et un horaire conciliant.

De retour au bureau à l’hiver, je compléterai mon parcours universitaire directement à l’agence pour mon stage final. Parmi plusieurs possibilités au sein de l’équipe, je m’assure d’avoir un stage stimulant et rempli de nouvelles expériences. Au final, je pense que nous ressortons tous.te.s gagnant.e.s de cette expérience. J’ai développé mes compétences au sein d’une équipe créative merveilleuse, mais je n’ai pas hésité à les défier avec mes idéaux de jeunes quand le temps y était!

Une toute autre vision

L’autre c’est moi, Virginie, 9 ans d’expérience dans le domaine des communications et marketing et à l’agence depuis bientôt un an (yeah!). Durant mes études universitaires, si on m’avait donné l’opportunité de travailler dans une agence, j’aurais saisi l’occasion sans hésitation! Sortir de l’université avec son diplôme, ça n’assure pas un emploi. En fait, je généralise, parce que je devrais plutôt parler pour moi. Bac en communication publique, concentration publicité de l’Université Laval, pleine d’espoir et prête à tout. J’ai vite frappé un mur.

Personnellement, j’ai trouvé ça extrêmement difficile de trouver un emploi, puisqu’on ne fait que parler d’expérience. Bien que j’avais un excellent réseau, je ne connaissais pas le marché de Québec et les entreprises sujettes à vouloir m’engager. J’étais très à l’aise à communiquer avec des inconnus, mais je figeais à l’idée de passer une entrevue devant des gens que je ne connaissais pas pour parler de mon « pas de parcours » dans le domaine. Avec du recul et pour avoir échangé avec des gens dans le milieu des ressources humaines, j’ai vite compris qu’il fallait miser sur d’autres forces pour se faire valoir. Oui je sais, c’était quand même évident, mais bon, cela n’empêchait pas qu’en voyant au minimum 1 à 3 ans d’expérience dans les offres d’emplois je me demandais réellement pourquoi j’appliquerais sur un poste comme celui-là quand je n’ai pas eu la chance de faire de stage ni de travailler dans le domaine.

Encore aujourd’hui je crois que c’est un défi pour une bonne majorité d’étudiant. e. s qui terminent leurs études et c’est pourquoi je suis d’avis qu’une agence comme la nôtre se doit d’ouvrir ses portes aux jeunes. C’est bénéfique pour eux, mais pour nous tout autant puisque ça nous permet d’en apprendre sur les nouvelles générations et de nous adapter à une nouvelle réalité. Dans notre milieu, on peut vite devenir dépassé si on se ferme les yeux et qu’on se fit seulement sur ce que l’on connaît.

Enfin, ce sera une grande fierté pour nous de voir toute l’évolution de nos « petits nouveaux » Polka/Arsenal au fil de leur parcours chez nous. Cette expérience est autant enrichissante pour eux que pour nous! On vous défie de l’essayer. En tout cas, ici, la conciliation travail-études, c’est oui!

Lauriann, Tousignant
Écrit par :
Lauriann Tousignant,
Coordonnatrice marketing numérique